top of page

Les troubles de l’apprentissage : le cas de la dyslexie

Les troubles de l'apprentissage peuvent survenir à tout moment de la vie d'une personne et peuvent provenir d'un certain nombre de causes différentes. Nous aborderons dans cet article 4 points essentiels : la notion de trouble de l'apprentissage, les différents troubles d’apprentissage, le cas particulier de la dyslexie et enfin des conseils pour aider un enfant dyslexique.



Qu’est-ce qu’un trouble de l’apprentissage ?


Un trouble d'apprentissage est une déficience d’un ou plusieurs processus psychologiques (les fonctions dites exécutives) en jeu dans la compréhension ou l'utilisation du langage, parlé ou écrit, qui peut se manifester par un trouble de la lecture, de l'écriture, de l'orthographe, des mathématiques, de la communication verbale, de la compréhension d’idées complexes, etc. Les principales fonctions exécutives concernées sont :

  • La mémoire de travail ;

  • Le contrôle inhibitoire ;

  • La flexibilité mentale ;

  • La planification.

Les dysfonctions exécutives rendent compte de nombreux troubles d’apprentissage.


Les différents troubles de l’apprentissage


Il existe différents troubles de l'apprentissage, notamment les “troubles dys-”, qui correspondent chacun à des troubles cognitifs spécifiques qu'il est important de connaitre :

  • La dyslexie est un trouble spécifique de la lecture.

  • La dysorthographie est un trouble qui rend difficile le fait d'épeler des mots ou d'écrire correctement certains mots.

  • La dyscalculie est la difficulté à comprendre et à utiliser les nombres ou les concepts mathématiques.

  • La dysphasie est un trouble du langage oral.

  • La dyspraxie correspond à un trouble du développement moteur.

Cet article se centre sur la dyslexie, le trouble de l’apprentissage le plus répandu.


Le cas particulier de la dyslexie


La dyslexie est un trouble d'apprentissage qui altère les compétences en lecture et en écriture en raison des difficultés de traitement du langage.


On observe alors une lecture saccadée qui implique généralement des difficultés à transformer les lettres en sons (par exemple, l’enfant dyslexique pourrait confondre "d" et "b" ou "p" et "q"). Aussi, l’acquisition de l’orthographe est rendue difficile, en raison de l’association graphème-phonème qui n’est pas simple (avec par exemple des confusions possibles en français entre le g dur et le g doux).


Les symptômes de la dyslexie sont différents pour chaque individu et peuvent changer avec le temps. Environ 10 % de la population mondiale actuelle souffre de dyslexie. Les enfants qui en souffrent peuvent être référés à un psychologue scolaire pour évaluation et traitement.


Conseils pour aider un enfant dyslexique


1. Prévoyez un temps quotidien d'entraînement à la lecture. La lecture est une compétence importante à apprendre pour tout le monde, mais elle est essentielle pour les personnes dyslexiques, car c'est leur seule façon de décoder les mots et les lettres.


Soutenez votre enfant en alternant avec lui la lecture d’un paragraphe, ou bien en le lisant à l’unisson. Si cela est plus confortable pour l’enfant, permettez-lui de suivre le texte avec son doigt ou d’utiliser un cache (un bout de papier glissé sur les mots au fil de la lecture).


L’énergie cognitive de l’enfant dyslexique est largement dépensée dans le décodage des mots, au détriment de la compréhension du texte. Par conséquent, contextualisez le texte avant de débuter la lecture : sujet abordé, thèmes associés, objectif de la lecture, longueur du texte, titres, légendes des images, etc. Au fil de la lecture, posez régulièrement des questions de compréhension. En fin de lecture, proposez à l’enfant de vous faire un résumé de l’histoire avec un support dessin par exemple. N’hésitez pas à vous rendre régulièrement en bibliothèque pour que l’enfant choisisse lui-même ce qu’il souhaite lire en fonction de ses intérêts.


2. Discutez avec l'enseignant afin qu’il vous dispense des conseils pour aider votre enfant à mieux réussir à l'école. Réciproquement, communiquez à l’enseignant des astuces à propos de ce qui fonctionne bien avec votre enfant. Vous pouvez aussi utiliser des outils numériques tels qu'un logiciel de synthèse vocale pour l'aider dans l’écriture et la lecture.


3. Accompagnez votre enfant dans le style d’apprentissage qui lui convient le mieux. Les enfants ont des styles d'apprentissage différents, il est donc important de trouver les stratégies les mieux adaptées à ses besoins. Le décodage phonique, la conscience phonémique et l'utilisation de la correspondance lettre-son sont autant de moyens d'aider votre enfant à apprendre à lire plus rapidement.


4. Accompagnez votre enfant dans les devoirs. Par exemple, au lieu de faire une dictée pour travailler une liste de mots (orthographe), demandez lui de vous épeler le mot, d’écrire le suivant en majuscules, le suivant en le traçant au sol avec le pied, en l’épelant en sautant à cloche-pied, en écrivant les consonnes en bleu et les voyelles en rouge, etc. Par la diversité des supports, l’enfant mémorise mieux l’orthographe, et apprend de façon moins routinière.


5. Apprenez enfin à votre enfant à utiliser ses forces de créativité (inventer des histoires), de logique (jeu d’échecs), de conscience spatiale (danser), etc. Les activités extrascolaires, telles que la musique, le théâtre, la danse, offriront à votre enfant un moment privilégié pour apprendre autrement qu’à l’école, développer des relations sociales, se dépenser et/ou se concentrer.


Conclusion : Apprendre avec un trouble de l’apprentissage ne rend pas la scolarité très heureuse. Les enfants “dys” subissent parfois une forme de "maltraitance pédagogique", parce que leur trouble est identifié tardivement, ou parce qu’ils sont dans une classe nombreuse où l’enseignant a des difficultés à différencier et individualiser les contenus pédagogiques. Un dialogue entre les parents, l’enseignant et le psychologue est alors nécessaire pour accompagner au mieux l’enfant dans ses apprentissages.


À lire également : La peur d'aller à l'école ; Le développement de la résilience scolaire ; Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ; Les principaux bienfaits du tutorat scolaire.


Comments


bottom of page