top of page

Les enfants intellectuellement précoces

Les enfants “surdoués” ont souvent un haut potentiel dans les domaines dits académiques et créatifs. Ils excellent souvent (mais pas toujours) à l'école et sont capables d'apprendre rapidement de nouvelles informations. Ces enfants ont toutefois des besoins éducatifs particuliers qui ne sont pas suffisamment reconnus et le risque d'échec scolaire peut devenir bien réel.

Le "diagnostic" de précocité intellectuelle peut aussi créer une forte pression sur l’enfant et l’institution scolaire, et devenir un motif pour certains parents pour réclamer des privilèges, de petits arrangements, en faisant prévaloir les particularités de leur enfant. L’effet conjugué d’une pression à l’excellence et d’un usage idéalisant, sinon stratégique, du "diagnostic" de précocité intellectuelle, peut ainsi avoir des conséquences psychologiques négatives sur l’enfant.


Nous limiterons notre article à une revue non exhaustive des signes de haut potentiel, et à des conseils aux parents et enseignants pour accompagner au mieux les enfants surdoués.


Qu'est-ce qu'un enfant intellectuellement précoce ?


Un enfant qualifié de “surdoué” ou “précoce” est un enfant qui a un QI (quotient intellectuel) compris entre 130 et 160 et/ou qui excelle souvent dans les études ou dans d'autres domaines.

Tous les enfants surdoués ne présentent pas les mêmes spécificités cognitives et affectives. Certains peuvent être particulièrement excellents en mathématiques ou en sciences, tandis que d'autres peuvent avoir un don pour l'écriture ou la musique.


Il est important d’aider l'enfant à comprendre son fonctionnement (par exemple un éventuel déficit des fonctions inhibitrices) et de découvrir les domaines dans lesquels il est doué afin d’adapter les contenus d’apprentissage et éviter l'ennui.


L'éducation doit mettre l'accent sur les points forts d'un enfant et lui apporter un soutien dans les domaines où il a des faiblesses. Par exemple, les enfants dont les mathématiques sont la force mais qui manquent d'autodiscipline devraient être encouragés à développer cette compétence par la pratique d’une activité extrascolaire, par exemple un sport qui va solliciter aussi une grande motricité.


Quelques signes du haut potentiel...


Un enfant qui a de bons résultats n’est pas nécessairement surdoué. Il existe de nombreux signes de haut potentiel, qui ne sont pas tous explicites et ne s’expriment pas de la même manière chez tous les individus. Voici quelques-uns des signes les plus courants :

  • Langage : Les parents rapportent régulièrement une acquisition précoce du langage par leur enfant à haut potentiel, une meilleure compréhension du langage et l’usage d’un vocabulaire plus élaboré que la plupart des autres enfants.

  • Tendances comportementales : Chez les enfants à haut potentiel, on remarque souvent des attitudes d’opposition (penchant pour l’argumentation, les multiples questionnements) ou au contraire d’hyperconformité (volonté d’exceller, voire de complaire aux professeurs).

  • Créativité : Les enfants surdoués sont des apprenants naturels qui aiment explorer de nouveaux sujets et concepts. Ils ont souvent un esprit curieux, créatif et ne se contentent pas d'accepter ce qu'on leur dit. Ils ont de fortes capacités de raisonnement et une pensée assez singulière.

  • Résolution de problèmes : Les enfants surdoués excellent dans les activités de résolution de problèmes. Il leur est souvent facile d'apprendre de nouvelles choses.

  • Capacités d’analyse : Les enfants surdoués ont tendance à avoir le sens du détail et à prêter attention à chaque petite chose qui se passe autour d'eux. Cet état d’alerte les rend très sensibles à leur environnement. Ils développent alors une analyse fine du monde qui les entoure, mais qui peut instaurer des rapports particuliers aux autres.

  • Sommeil : On peut également observer des troubles du sommeil (opposition au coucher, difficultés d’endormissement) liés à une hypervigilance anxieuse.

  • Vie sociale : Le décalage ressenti avec les autres élèves peut engendrer des affects dépressifs.


Comment un enseignant peut-il aider un enfant surdoué ?


La précocité intellectuelle peut mettre en difficulté des enseignants, mais aussi les parents. Dans certains cas, l'attention extrême accordée à un enfant dont les résultats scolaires dépassent ceux de ses pairs peut faire plus de mal que de bien. L'une des principales difficultés peut venir des parents. Dans de nombreux cas, ils admirent les capacités de leur enfant et veulent lui donner toutes les chances de poursuivre sa réussite. Cependant, des études ont montré que les enfants qui sont poussés au-delà de leurs limites, qui ressentent une pression à exceller dans tous les domaines scolaires, ne s'en sortent pas nécessairement mieux lorsqu'ils entrent à l'université. Le sentiment de décalage avec les autres élèves, associé à une exigence de réussite posée par les parents peut engendrer des affects dépressifs et une faible estime de soi.


L’enseignant qui repère ces signes chez un enfant devrait en parler avec les parents pour l’orienter vers un psychologue. Il ne s’agit pas de l'étiqueter avec un diagnostic qui stigmatise, mais d’identifier cette particularité intellectuelle pour l’accompagner au mieux.


Un enseignant qui accompagne un élève à haut potentiel peut chercher à identifier les acquis de l’enfant mais aussi ses éventuelles difficultés (manque d'autonomie, de coopération, etc.) et en tirer les leçons pour adapter et surtout différencier sa pédagogie.


Conseils aux parents pour encourager la réussite scolaire.


Les parents souhaitent, en général, la réussite scolaire de leurs enfants mais ils ont parfois tendance à les pousser à se surpasser en classe ou dans d'autres domaines. S'il est important d'encourager un enfant, il est également important de ne pas lui mettre trop de pression. Voici quelques conseils pour les parents sur la façon d'encourager sainement la réussite scolaire de leur enfant :

  • Découvrez ce qui intéresse votre enfant et soutenez ses intérêts.

  • Ne comparez pas votre enfant aux autres ou à ses frères et sœurs : chacun et chacune a ses forces et ses faiblesses !

  • Évitez de recourir aux menaces ou aux punitions.

  • Encouragez votre enfant, sans exiger de lui la perfection.

  • Aidez votre enfant à développer une saine estime de soi.

  • Accompagnez votre enfant dans la découverte de l’autre, et discutez avec lui de ses interactions sociales avec ses camarades.

Ces conseils de bon sens sont loin d'être toujours appliqués, et a fortiori avec les enfants intellectuellement précoces qui peuvent se sentir rapidement saturer par les demandes parentales.


Conclusion : Les neurosciences développent des connaissances intéressantes sur la précocité intellectuelle, et notamment sur les spécificités cérébrales des individus présentant un haut potentiel. La précocité intellectuelle n’est ni une maladie ni un handicap, elle est une particularité qu’il est préférable de bien repérer pour accompagner au mieux ces enfants qui malheureusement ont parfois tendance à se mettre en échec et à gâcher leur potentiel.



Comments


bottom of page